Entente sur le prix des ebooks : Apple réagit aux suggestions du DOJ

Le procès perdu par Apple concernant la mise en place d’une entente sur le prix des ebooks n’a pas fini de faire parler. Le ministère de la justice américain vient de faire ses suggestions, dont certaines sont inacceptables pour Apple.

Consternation chez Apple avec cet accord du Ministère de la Justice américain qui voudrait autoriser les concurrents d’Apple à intégrer des liens vers leurs boutiques, et ce pendant 2 ans, en plus de réglementer très sévèrement l’achat et la vente d’ebooks sur la plateforme. D’autres éléments ont été proposés, qui instaurent une surveillance étroite d’Apple dans ses relations commerciales, obligeraient Apple à renoncer à ses partenariats avec les 5 éditeurs avec lesquels il aurait conspiré, et interdirait même la mise en place de nouveaux contrats pendant 5 ans non seulement pour les ebooks, mais aussi pour les autres types de contenus, comme cela est résumé ici (en Anglais) par le département de la justice lui-même.

Apple a tout de suite répliqué en expliquant qu’il n’y avait aucune raison de supprimer l’achat in-app de son modèle, et que le DOJ n’avait pas à dicter le modèle de fonctionnement d’Apple. De plus, l’affaire n’est pas terminée, puisque d’abord ce ne sont que des suggestions faites au juge, et qu’Apple a en plus la possibilité de faire un recours en appel, chose tout à fait probable quand on voit la position d’Apple qui continue d’affirmer qu’il n’y avait rien d’illégal dans son rôle.

La question des liens : un point sensible

Lorsque l’iPad a été lancé, Apple a laissé ses concurrents s’installer sur sa plateforme iOs. La stratégie, plutôt bonne, a consisté à créer l’écosystème le plus complet du marché, où les utilisateurs savaient qu’ils trouveraient toutes les applications ebooks du marché, plus l’iBookstore, ce qui faisait de l’iPad la plateforme la plus complète pour les ebooks. Il faut rappeler que dans le modèle Apple, la variété des applications était un argument clé pour faire vendre l’iPad.

Mais une fois que les ventes d’iPad ont été au beau fixe, et que les différents concurrents s’étaient bien habitués au canal de vente très efficace qu’était l’iPad, Apple a décidé de stopper une pratique tolérée jusque là : l’intégration de liens dans les ebooks. Plus précisément, les liens à la fin des extraits n’étaient plus autorisés.

Ces liens redirigaient l’utilisateur (depuis l’ebook ou l’application) directement sur le catalogue du vendeur. L’intérêt évident : ne pas avoir à proposer un téléchargement par Apple, l’achat “in-app”, sur lequel Apple prend 30%. Il faut dire que si cette commission est soutenable par un vendeur qui vend en direct, pour les concurrents d’Apple, eux-mêmes intermédiaires, cette commission représente au mieux leur bénéfice.

Apple a donc menacé d’exclusion ceux qui ne suivraient pas les règles, en proposant deux options : retirer leurs liens, ou ajouter celui de l’achat in-app à côté. A l’époque, on s’est demandé si les applications des concurrents n’allaient pas disparaître tout bonnement de l’App store. Aucune négociation sur les commissions n’ayant abouti, tous les acteurs ont choisi de rester, en désactivant les liens…jusqu’à il y a quelques jours.

Le contournement d’Amazon avec la nouvelle application Kindle

Il y a quelques jours, Amazon n’a pas hésité à proposer une nouveauté contournant ce problème. La mise à jour de l’application Kindle pour iOs a en effet permis aux utilisateurs de télécharger des extraits directement depuis l’application. Mais en plus, en fin d’extrait, les liens (désactivés par Apple) ont été remplacés par un email. On peut ainsi s’envoyer un email qui intègre le lien, chose qui n’est manifestement pas interdite par le règlement d’Apple.

Amazon joue donc avec les nerfs d’Apple, sachant certainement qu’Apple n’osera rien tenter dans la période actuelle, alors qu’il est surveillé de près et mis sous pression. Au final, il est certain qu’Apple ne se laissera pas faire, et il faut rappeler que le département de justice ne fait que formuler des propositions que le juge ne suivra pas nécessairement. Il reste aussi un recours en appel dont il est impossible de connaître l’issue, et qu’Apple semble bien décidé à utiliser.

En attendant, le prochain rendez-vous judiciaire pour Apple est le 9 août prochain, jour où seront entendues les propositions du département de justice.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: